Interview de Paco Rabanne, sur sa trajectoire de l’architecture à la mode, et aux parfums.

Une carrière dans la mode, des débuts dans l’architecture.
En effet, en 1966, le créateur espagnol présente sa première collection à Paris, composée de 12 « robes importables en matériaux contemporains ». Les créations révolutionnaires, sont faites de matériaux rigides assemblés par des anneaux, illuminent avec ses contemporains comme Courrége la mode des sixties. La presse française et internationale de l’époque ne parle que de ce couturier si avant-gardiste. On le surnomma le « Jules Verne de la couture », le « métallurgiste » ou le « plastiqueur de la mode ».

Par la suite tout aussi créatif, il  imaginera une paire de lunettes en fourrure noire et en rhodoïd (1966), un manteau de plumes d’autruches et d’adhésif transparent (1966), des robes en papier assemblée par de l’adhésif coloré (1967), des robes mixant la dentelle, le plastique et les anneaux métalliques (1969).

D’autres inventions tant au niveau des formes que des concepts de fabrication apparaissent en 1968, le créateur présente son vêtement moulé « Giffo », un nuage plastique pulvérisé dans un moule spécial, ainsi que de la fourrure tricotée, tissu composé de chutes de fourrures assemblées par de la laine.

Parallèlement à ses créations insolites une ligne  Haute Couture s’impose,  remarquablement coupée dans des tissus fluides, rigides ou aériens.

 

© Forks 2013